Blogueuses (en) MODE connasses par Kuhn

Publié 18 août 2012 par barokokadiz

https://mortauxcons.wordpress.com/2010/10/11/blogueuses-en-mode-connasses/

Un article qui exprime, mieux que je ne saurais le faire, toute l’affection et l’admiration que je porte au VRAI chaînon manquant recherché par Darwin, situé juste entre le gastéropode et la gérante de bar à ongles dans la hiérarchie des êtres monocellulaires décérébrés : la blogueuse mode.

Trop moche pour être mannequin, trop incompétente pour travailler au sein d’une rédaction de magazine féminin, la blogueuse mode déploie son faible potentiel intellectuel pour se nourrir de petits fours surgelés et de mauvais mousseux offerts à l’occasion des Fachione ouikes, grand rassemblement occasionnel lui permettant d’exhiber fièrement le sac à main Vuitton qui reste caché 360 jours par an dans le placard de sa studette de lointaine banlieue où la blogueuse se nourrit de raviolis Panzani en s’ornant de vernis à ongles assorti à la couleur de sa carte Cotorep.

La blogueuse mode est accessoirement un être qui s »exprime avec élégance, charme et discrétion :http://twitter.com/CapucinePiot/status/26936084115

La nature s’égare parfois ; la blogueuse mode en est la preuve.

…quand « Chaton » rime avec « Avoir l’air d’un con ».

Publié 18 août 2012 par barokokadiz

….C’était un communiqué du CCCCCCCCC, le bien connu « Comité Céline C. Contre Ces Connards de Chats et autres Chatons à la Con, Crevards, Cruels et Comédiens Comme leurs Congénères »

Comme vous pouvez le constater sur cette image, l’arrogance naturelle du chat, sa suffisance, sa hauteur et son complexe de supériorité ridicule qu’il inflige à l’intégralité des créatures terrestres, sont facilement gérables à l’aide d’un objet du quotidien : la douche.
En cas de résistance dudit félin – que Léon Bloy qualifiait lui méme de « ridicules petits tigres de salon » – pensez à l’ami fidèle qu’est le Karcher.

Hin hin.

Sapho – « Marrakech »

Publié 18 août 2012 par barokokadiz

Un titre découvert dans des circonstances étranges.

Il figurait sur une compilation offerte en 1991 aux clientes des « 3 Suisses » intitulée « L’été en musique », ou un truc dans le style.

Les 3 Suisses n’ayant pas poussé la générosité jusqu’à s’acquitter des droits des hits de l’été de cette année là, la direction artistique a préféré faire figurer sur ce disque des titres méconnus, bien moins coûteux, parmi lesquels cette perle.

Votre dévouée étant née en juin 1978, a donc reçu pour son treizième anniversaire, de la part d’une tante sympa mais un brin inattentive et désargentée, ce fameux disque.

Désargentée car la compil avait donc été offerte à toutes les clientes.
Inattentive car sur la jacquette, figurait en éborme : « OBJET PROMOTIONNEL GRATUIT NON DESTINE A LA VENTE ».

Sapho, juive marocaine née à Marrackech et considérée au début des années 80 comme le pendant français de Siouxsie, a orienté sa carrière à l’aube des années 90 vers des titres plus ethniques, ou « World Music », pour employer une expression que j’abhorre.

La fraîcheur de ce single marginal et unique saura, je l’espère, rafraîchir l’après midi brûlant de ce 18 aout..

Et just for fun, rappelons ici quels furent les tubes de l’été 91 :

L’inénarrable « Saga Africa » de qui vous savez, le très sucré « More than Words » d’Extreme, ainsi que le tragique « Désenchantée » de Mylène Farmer.

N’oublions pas « Black and White » de Michael Jackson, et surtout ce titre insupportable à l’époque, mais devenu depuis emblématique du son si particulier de ces early 90’s :

Robert John Birch s’en est allé…

Publié 18 août 2012 par barokokadiz

Robert John Birch, bassiste de studio présent sur nombre d’enregistrements mythiques, est mort (trop tôt) hier, jeudi 16 aout.

Triste et tardive occasion de saluer sa mémoire et son travail ; de rappeler aussi que si des artistes tels qu’Elton John brillent et « sonnent » de cette manière, c’est aussi et surtout grâce aux musiciens discrets et talentueux dans son genre.

Pussy Riot Vs KGB

Publié 18 août 2012 par barokokadiz

Pussy Riot Vs KGB

Il est en général préférable de se méfier des très belles photos prises très à propos; l’honnêté intellectuelle exige par ailleurs de rappeler que tout ce qui mêle politique et arts relève par essence de la propagande. Pour être franche, je me demande si cette histoire, si elle n’avait pas vocation à servir le gouvernement russe d’une façon ou d’une autre, aujourd’hui ou demain, aurait eu la moindre chance de parvenir jusqu’à nous.

Mais par égard pour tout ce qu’elle symbolise et convoie, outre l’esthétisme vendeur de ce cliché, rappelons le nous. C’est dans le souvenir qu’il laissera – ou non – dans nos mémoires, que l’enseignement qu’il peut laisser existera. Ou non…